Séance du 13 mars 2024 – Philippe Chevalerias « Du thé de Shuishalian au thé de Formose »

Nous recevons aujourd’hui Philippe Chevalerias, Maître de conférences à l’Université de Lille, pour une communication intitulée « Du thé de Shuishalian au thé de Formose ». Celle-ci présente le long chemin – près de deux cents ans – suivi par le thé taïwanais de l’exploitation des théiers sauvages au début du XVIIIe siècle jusqu’à l’âge d’or du « thé de Formose » dans les dernières décennies du XIXe siècle. Elle souligne le rôle majeur joué par les immigrés chinois qui apportèrent à Taïwan leurs habitudes de consommation et leurs connaissances dans la culture des théiers et la production de thé. Elle montre aussi comment l’évolution du marché (marché intérieur d’abord, marché mondial ensuite) favorisa l’essor de ce secteur sur l’île.

Les Chinois installés au sein des communautés aborigènes repérèrent probablement dès le XVIIe siècle les théiers sauvages poussant dans le centre et le sud de Formose, notamment ceux des zones montagneuses de Maoluo et Shuishalian dans le district actuel de Nantou. Vers le début du XVIIIe siècle, les nouveaux arrivants confrontés à un environnement chaud et humide propice aux maladies trouvèrent dans le thé de Shuishalian, auquel on prêtait des propriétés thérapeutiques, un moyen de se désaltérer aussi bien que de se soigner. Avec l’accroissement de la demande pour ce thé local (la population immigrée passa la barre des cinq cent mille dans la première moitié du XVIIIe siècle), les colons chinois furent enclins, malgré des relations souvent conflictuelles avec les aborigènes, à s’aventurer davantage dans les zones montagneuses pour organiser la cueillette des feuilles et assurer ainsi une production plus abondante qui fut même exportée de l’autre côté du détroit.

L’exploitation des théiers de montagne n’empêchait pas la consommation à Taïwan, par une frange aisée de la population, de thés chinois importés sur l’île probablement dès la seconde moitié du XVIIe siècle. C’est sans doute à la même époque que des théiers commencèrent à être cultivés à Formose à partir de boutures et/ou graines originaires du Fujian. Initialement limitée et réservée à quelques particuliers, cette culture se développa en deux temps. Les premières plantations à vocation commerciale qui virent le jour aux alentours de Taïpei entre le milieu du XVIIIe siècle et le début du XIXe siècle visaient à approvisionner un marché intérieur en expansion (la population chinoise passa la barre du million dans la seconde moitié du XVIIIe siècle) que le thé de Shuishalian produit à partir de théiers sauvages n’était plus en capacité de satisfaire. Le phénomène s’accéléra ensuite au cours de la première moitié du XIXe siècle lorsqu’il devint nécessaire de compléter la production chinoise de thé pour suivre la hausse de la demande mondiale. Le thé produit à Taïwan à partir de théiers de souche « continentale » cultivés sur l’île – mais dont les dernières étapes du processus d’affinage se déroulaient toujours sur le continent chinois – marginalisa alors peu à peu le thé de Shuishalian d’origine locale.

L’ouverture de plusieurs ports taïwanais au commerce avec l’étranger (traité de Tianjin, 1858) offrit de nouvelles perspectives aux investisseurs occidentaux. Nommé vice-consul britannique à Formose en décembre 1860, Robert Swinhoe comprit avant tout le monde le potentiel commercial de la production de thé à Taïwan. Ce potentiel commercial, c’est son compatriote et homme d’affaires John Dodd qui le premier allait l’exploiter quelques années plus tard en encourageant financièrement les paysans à cultiver toujours plus de théiers et en installant sur l’île le premier tea-hong (atelier d’affinage). Vendu pour la première fois à New York en 1867, ce thé Oolong semi-fermenté élaboré désormais entièrement sur place non loin du fleuve Tamsui qui permettait un accès à la mer, qui plus est d’excellente qualité, devait connaître un succès grandissant en Amérique sous le label « Formose Tea ». D’autres firmes étrangères suivirent l’exemple de John Dodd en investissant à leur tour massivement dans le secteur du thé qui connut ainsi un essor sans précédent pendant les trois dernières décennies du XIXe siècle. Cet âge d’or du thé taïwanais non seulement contribua largement à la prospérité économique de Taïwan, mais il marqua aussi le début de la prééminence de la région de Taïpei au nord – où l’essentiel du thé était produit – sur celle de Taïnan au sud, d’abord sur le plan économique, puis bientôt sur le plan politique.

Séance du 20 février 2024 – Cyrian Pitteloud – « Recherches sur l’histoire des pollutions au Japon (fin XIXe – début XXe siècle) »

Nous recevons aujourd’hui Cyrian Pitteloud pour une communication intitulée « Recherches sur l’histoire des pollutions au Japon (fin XIXe – début XXe siècle) ». Il annonce comment celle-ci va se dérouler et remercie les personnes qui ont contribué à cette conférence.

Pour ce qui est du domaine de recherche : La recherche sur l’histoire de la pollution au Japon a notamment vu le jour dans les années 60-70 après plusieurs scandales sanitaires mettant la lumière sur un domaine peu connu, et qui suite à de la désinformation, comme M. Pitteloud l’explique plus tard dans sa présentation, avait dissimulé les risques de la pollution à la population.

Tout d’abord, M. Pitteloud évoque les conflits déclenchés par la pollution. Il nous fait part des dates où il y a eu trois phases de déboisement intense puis nous présente une carte sur les scandales sanitaires : la maladie de Minamata, celle de itai-itai et l’asthme de Yokkaichi. Ensuite, c’est une deuxième carte qu’il nous expose, celle-ci porte sur les pressions des puissances occidentales. En effet durant la seconde moitié du XIXe siècle, l’accélération de l’industrialisation du Japon est un moyen pour ce dernier d’éviter tout risque de colonisation et de devenir un acteur régional majeur. M. Pitteloud évoque des cas de pollutions majeurs, notamment celui de la pollution atmosphérique à Osaka qui fut plus importante qu’à Londres. Dans les années 1930, le problème s’étend sur d’autres territoires comme des zones moins industrialisées. Par la suite, il nous dévoile son historiographie et on remarque qu’il existe beaucoup de travaux sur les pollutions. Cependant, on retrouve peu de grandes synthèses historiques qui portent sur l’Asie. Les ouvrages qu’il nous présente sont les suivants : La contamination du monde de François JARRIGUE et Thomas LE ROUX ; Handbook of Environmental History in Japan édité par Emily O’Gorman, William San Martín, Mark Carey et Sandra Swart. Toujours pour ce qui est de l’historiographie, les kōgaishi 公害史 qui signifie « histoire de la pollution », est une historiographie qui fait surtout son apparition dans la seconde moitié du XXe siècle au Japon et est issu des mouvements marxistes.

M. Pitteloud nous présente ensuite une photographie datant de 1897 sur l’affaire de la pollution de la mine de cuivre d’Ashio et celle d’un acteur de l’époque nommé Furukawa Ichibē. Cet acteur très important sera surnommé le « roi de la mine » alors qu’il est d’origine modeste. De plus, les liens qu’il entretient avec des politiques montrent la collusion existante entre les grands groupes industriels de cette période et les politiques. Le groupe auquel appartient la mine d’Ashio est à l’origine de 30 à 45% des besoins en cuivre de la période. Le cuivre représentant 5% des exportations et le Japon ayant besoin de devises étrangères, on comprend aisément le poids que pouvait avoir le groupe dans le paysage politique du pays.

Il nous a présenté également une carte des principales mines japonaises au début du XXe siècle, une autre sur les terres contaminées et une photographie de la terre contaminée retirée dans le village de Ueno au sein du district d’Aso à Tochigi, dont la date est inconnue. La mine d’Ashio étant la mine la plus importante du Japon en termes de production, le traitement d’autant de minerai au même endroit entraîne des problèmes environnementaux conséquents comme par exemple : des pluies acides, détériorations des forêts, des champs et surtout de l’eau (chlore, mercure, etc…). Dès cette période des mouvements de contestation citoyen se développent, et allant de pair avec l’accélération de l’industrialisation du Japon, le développement de nouveaux organes politiques permettent de défendre cette cause (Diète, journaux). Ces mouvements vont parfois voir une convergence de groupes sociaux tels que les avocats, étudiants, socialistes et politiques traditionnels.

Ensuite, M. Pitteloud nous a fait la présentation de documents en japonais, notamment des sources institutionnelles telles que les commissions d’enquête sur les pollutions minières de 1897, 1902 et 1909. Ces enquêtes faites par le gouvernement sont un moyen pour lui de reprendre le contrôle, car en se basant sur des sources scientifiques nouvelles pour l’époque (médecins, agronomes etc) il oriente ses décisions contre la population. Le travail des médecins de certaines de ces commissions affirmant que les gens ne sont pas intoxiqués sera critiqué même à l’époque par leur pairs. Il existe ainsi une « fabrication de l’ignorance » en attribuant des maladies à d’autres causes que celles environnementales.

On a pu découvrir également deux tableaux sur des données chiffrées comme le taux de mortalité, le personnage de Gotō Shinpei avec une photographie de lui puis une autre de juin 2016 à Ashio.

Pour terminer, un échange de questions et de réponses a été effectué de 18h à 18h30.

Compte rendu rédigé par COEFFIER Alexy et CARBONNIER Simon

Séance du 23 janvier 2024 – Gabriel Galvez-Behar (Université de Lille) – « Histoire de la propriété intellectuelle »

Nous recevons aujourd’hui Gabriel Galvez-Behar pour une conférence-présentation de son ouvrage Histoire de la propriété intellectuelle, paru en 2022 aux éditions de La Découverte. Gabriel Galvez-Behar, spécialiste en Histoire de l’innovation, est professeur à l’université de Lille, où il enseigne l’histoire des mondes modernes et contemporains.

La conférence revenait sur le contenu de l’ouvrage ainsi que sur les raisons ayant conduit à sa création. Pour commencer, Gabriel Galvez-Behar a pris soin de définir les termes nécessaires à la compréhension du sujet, tels que les divers dispositifs juridiques venant protéger la propriété intellectuelle, comme le copyright. À l’origine, ce dernier signifiait la protection des droits de l’inventeur. Ce n’est que plus tard que l’expression “propriété intellectuelle” entra en usage. Le travail de G. Galvez-Behar n’est pas isolé. Il s’inscrit dans la continuité de plusieurs autres écrits, tels que La république des inventeurs (2008), Posséder la science (2020) et Louis Pasteur à Lille : une faculté des sciences en action (2020).

Après une introduction générale sur le sujet, G. Galvez-Behar a examiné les différentes méthodes employées dans son ouvrage. La première consistait à envisager le phénomène de propriété intellectuelle avec un regard historique. Dès le départ, cette façon de procéder conduisait à certains anachronismes. En effet, l’expression n’a pas toujours englobé le droit d’auteur ainsi que la protection de la création. Ces deux derniers n’ont fusionné sous l’appellation “propriété intellectuelle” qu’à la fin du 19ème siècle.

G. Galvez-Behar justifie l’utilisation de cette expression avec plusieurs exemples, tels que celui des verriers vénitiens au 16ème siècle, dont le savoir-faire était protégé par les autorités ; ceci afin d’éviter que les techniciens qui émigraient vers l’étranger n’exportent leurs techniques avec eux. Ainsi, l’idée derrière l’expression “propriété intellectuelle” existait déjà auparavant. Il était donc nécessaire de se questionner sur des rapprochements et des moments clefs de cette histoire intellectuelle.

Une figure importante dans cette chronologie, est celle de John Locke, un penseur de la propriété qui voyait l’œuvre comme un prolongement de l’auteur. G. Galvez-Behar précise toutefois qu’il est impossible d’en faire un penseur de la propriété intellectuelle. Celui-ci critique la censure mais ne s’intéresse pas aux questions relatives à la police de l’imprimerie. Ce n’est que plus tard, au 18ème siècle, que Déricourt et Diderot utilisèrent la chaîne de la propriété pour défendre le copyright. L’idée se répand jusqu’aux Etats-Unis, et en 1887, un projet de loi visant à promouvoir la science et les arts utiles est proposé par la Cours Suprême.

La propriété intellectuelle a donc été un processus progressif mais ces droits n’ont jamais été acquis définitivement comme nous le montrent les exemples suivants :

– Le 30 décembre 1790, le chevalier de Bouflers s’est exprimé devant l’assemblée nationale afin de présenter son rapport sur les découvertes. Cela contribua à la création du brevet, en mai 1791, après l’introduction de la loi en janvier.
– Plus tard, au 19ème siècle, les Pays-Bas abolissent ce droit tandis que d’autres états réclamaient la perpétuité du droit d’auteur.
– Des controverses tout aussi puissantes éclatent aux États-Unis avec la tentative de contournement de l’usage des brevets, qui permettaient aux trusts d’asseoir un monopole sur le marché.
– Aujourd’hui encore, ces questions se posent et G. Galvez-Behar mentionne l’exemple frappant des brevets des vaccins qui ont dû être levés durant la crise du COVID-19, notamment pour les états qui n’avaient pas les moyens d’investir.

La propriété intellectuelle se construit dans des cadres nationaux et suppose une souveraineté. Toutefois, celle-ci n’est pas limitée au cadre national puisqu’elle se répand à travers l’Europe et le reste du monde. Il y a un véritable enjeu sur la circulation des personnes et le transfert des techniques à l’échelle transatlantique. Tout ceci s’inscrit dans une dimension transnationale. Cependant, on peut tout de même penser à des échelles plus locales lorsque l’on étudie l’histoire de la propriété intellectuelle. Un exemple est la loi lyonnaise des dessins et modèles de 1806. Elle permettait de protéger une forme ou un motif et s’est ensuite répandue à travers la France. D’autres exemples existent, tels que les Accords de Bernes sur la propriété littéraire (1886) qui constituaient un “cheval de Troie du libre-échange,” ainsi que la formation de l’Union Postale au 19ème siècle.

Pour terminer, Gabriel Galvez-Behar a insisté sur la dimension historique de ces démarches. De longues traditions ont mené à la situation actuelle, dans un monde où les grands déposants de brevets sont dans l’industrie automobile.

Compte rendu rédigé par Lucas Brygier

Séance du 5 décembre 2023 – Anne-Florence Quaireau (Université d’Angers) – « Le Féminin en partage : le voyage au Canada d’Anna Jameson »

Nous avons eu le plaisir d’accueillir Anne-Florence Quaireau à l’université de Lille, pour une communication intitulée « Le Féminin en partage : le voyage au Canada d’Anna Jameson ». Anne-Florence Quaireau est maîtresse de conférence à l’Université d’Angers où elle enseigne la littérature britannique et la traduction. Spécialiste du récit de voyage féminin, sa thèse a remporté le prix de la société d’étude de la littérature de voyage anglophone en 2021, et a été finaliste du prix de la SAES en 2023. Anne-Florence a été secrétaire de la SELVA (Société d’étude de la littérature de voyage du monde anglophone) pendant plusieurs années et co-dirige actuellement un dossier sur l’exception dans la littérature de voyage. Sa présentation portait sur deux ouvrages : sa thèse publiée en 2022 qui partage le nom de sa communication, et le récit de voyage sur lequel elle a travaillé, Winter Studies and Summer Rambles in Canada d’Anna Jameson — en plus de s’appuyer sur un carnet de soixante dessins réalisés par l’autrice. À travers ce corpus multiple, Anne-Florence Quaireau a analysé comment le personnage mis en scène pouvait se mêler avec le politique, dans une époque tiraillée entre l’ère géorgienne et l’ère victorienne.

À travers son travail de thèse, Anne-Florence Quaireau s’attache à montrer comment, en accédant à une liberté de mouvement peu commune en son temps, Anna Jameson acquiert une licence et un prétexte pour s’exprimer. Dans ce lieu géographique mouvant et littéraire, l’autrice se réinvente et transforme son identité, et par l’insertion d’une dimension politique dans ses propos, elle contribue à redéfinir les contours de la condition féminine à son époque. Le récit de voyage permet également de développer une conception de l’identité en évolution constante, qui s’élabore à travers l’écriture mais aussi à travers sa lecture par ses compatriotes.

Anne-Florence Quaireau a commencé son préambule par une définition du récit de voyage, ou plutôt, par nous exposer les difficultés à définir ce genre. La tension entre la fiction et la non-fiction (savoir s’il faut inclure dans les récits de voyage tous les récits imaginaires ou imaginés) divise en effet les spécialistes — une discussion qui n’est pas pertinente pour le cas d’Anna Jameson puisqu’elle a véritablement voyagé. Cependant, Anne-Florence Quaireau insiste sur la naïveté dont il faut faire preuve pour croire que les récits de non-fiction n’ont pas recours à des procédés narratifs et stylistiques littéraires ; la non-fiction peut elle aussi être synonyme d’invention et de réinvention. De la même manière, il ne faut pas adopter un point de vue anachronique pour évoquer le récit de voyage : aux XVIIIe et XIXe siècles,  il s’agissait d’un genre littéraire majeur en termes de vente.

Le voyage décrit par Anna Jameson s’est déroulé de 1835 à 1837, à un moment de bascule entre deux époques, ce qui place Jameson dans ce flou entre l’héritage du romantisme et la littérature victorienne, notamment en ce qui concerne « the woman question ». Un nouveau marché éditorial s’ouvre avec le développement de l’imprimerie et une plus grande alphabétisation de la société.

Anne-Florence Quaireau s’est ensuite attachée à nous présenter Anna Jameson, que Ray Strachey désigne comme « l’idole de milliers de jeunes femmes » à son époque. Née en Irlande en 1794 d’un père peintre de miniatures, elle put bénéficier d’une éducation artistique importante. Même s’il était reconnu, son père ne gagnait pas beaucoup d’argent, ce qui mena à la chute financière de sa famille. Le manque d’argent resta une constante dans sa vie et influença ses choix d’écriture dans la mesure où elle avait besoin de vendre des livres pour subvenir à ses besoins. En plus d’écrire des récits de voyage, Anna Jameson est reconnue pour Characteristics of Women (1832), des études de personnages féminins dans l’œuvre de Shakespeare et des écrits militant pour l’éducation des femmes de toutes classes sociales.

Mme Quaireau a ensuite replacé le récit de voyage dans son contexte : Anna Jameson vivait séparée de son mari presque depuis le jour de son mariage puisque Robert Jameson travaillait dans d’autres pays, mais en 1836, il lui demanda de venir au Canada afin qu’il puisse obtenir une promotion. De ce fait, Anna Jameson quitta l’Allemagne en octobre et, après un mois de traversée — qui n’est pas évoqué dans le récit —, elle arriva à New-York, puis fit la route seule jusqu’à Toronto. Déçue par la ville qu’elle jugeait provinciale, Jameson se réfugia dans la littérature allemande qu’elle commenta dans la première partie du récit et resta cloîtrée chez elle pendant plusieurs mois, avec une courte exception pour se rendre aux chutes du Niagara, qu’elle jugea décevantes également :

What has come over my soul and senses?—I am no longer Anna—I am metamorphosed—I am translated—I am an ass’s head, a clod, a wooden spoon, a fat weed growing on Lethe’s bank, a stock, a stone, a petrifaction,—for have I not seen Niagara, the wonder of wonders; and felt—no words can tell what disappointment![1]

[1] Jameson, Anna. Winter Studies and Summer Rambles in Canada, Saunders and Otley, 1838, Vol.1, 83.

Cette description hyperbolique des effets qu’ont les chutes du Niagara sur la narratrice rend bien compte de l’affinité que Jameson avait avec l’œuvre de Shakespeare (« I am translated » fait référence à A Midsummer’s Night Dream, tandis que les autres expressions sont tirées d’Hamlet et d’Othello). Son trait d’humour reflète une posture commune chez les voyageuses pour qui il est complexe de s’approprier au premier degré les attitudes masculines (ici la déception face aux chutes, qui était devenue un topos). Ce style ironique effectue un détournement qui place l’attention du lecteur sur le narrateur, et non plus sur les chutes décevantes qu’elle était venue voir.

Cette mort symbolique amena par la suite une renaissance qui prit la forme d’un voyage de deux mois dans la région des Grands Lacs, pour rencontrer des femmes autochtones. Son récit prend place au discours direct et d’une manière très théâtralisée, et à l’issue de celui-ci, la narratrice arrive à la conclusion affligeante que les colons sont dénués de culture. En s’intéressant à des terres plus reculées, nous explique Anne-Florence Quaireau, Anna Jameson s’inscrit dans les récits d’exploration des terres sauvages et, par le biais d’une femme métisse qu’elle rencontre, elle fait la rencontre des populations anichinabées. Dans une volonté de « faire vrai », Anna Jameson décrit sa descente des rapides en canoë d’une façon romanesque, et son héroïsme fut même reconnu par ses compatriotes au sein du récit, même si des témoignages réels auraient avancé que la descente n’était pas si dangereuse, et surtout, que Jameson n’avait pas été « adoptée » pas les Anichinabées ; c’est plutôt elle qui aurait insisté pour recevoir un « nom d’Indienne ».

Pour achever la présentation du voyage, Mme Quaireau fit référence au récit de captivité, un genre très apprécié de la fin du XVIIe à la fin du XIXe, et dont l’objectif principal est de raconter l’expérience d’individus européens ou africains capturés par des Indiens. Le récit passait donc par une phase d’initiation et se terminait par la transformation du personnage principal lorsqu’il rentrait chez lui. L’histoire d’Anna Jameson ne dérogea pas à cette tendance, notamment à travers une scène développée par l’intervenante : alors dans un canoë pour rejoindre Toronto, une barque serait surgie de la brume, à l’aube, pour annoncer aux passagers que le roi Guillaume IV était mort, et que la reine Victoria était montée sur le trône. Le récit introduit une corrélation entre cette annonce et la levée du soleil sur la scène, avec un troisième effet de miroir qui se crée par rapport à la propre histoire de l’autrice — il s’agit en effet de la renaissance d’Anna Jameson puisque son mari accepte de signer les papiers indiquant qu’ils vivent séparément.

Par la suite, Anne-Florence Quaireau est revenue sur le titre de sa thèse, « Le Féminin en partage » : elle explique cela comme une mise en commun, une volonté de réinventer le féminin individuellement et collectivement. Puisque les femmes ne peuvent pas s’exprimer de la même façon que les hommes, écrire un récit de voyage oblige Anna Jameson à utiliser des stratagèmes pour s’inscrire dans ce genre masculin ; ainsi, au lieu de raconter une bataille sanglante, Jameson parle d’un combat épique contre des moustiques, ou parle avec humour des risques qu’elle se fasse manger par un ours. Cette métamorphose de la femme assignée à résidence à la femme qui voyage donne donc une portée plus large à l’écriture de son    identité ; elle semble proposer un nouveau type de personnage féminin et s’offre comme sujet d’expérimentation. Sa condition de femme la force à passer par des digressions pour aborder des sujets politiques comme la prostitution, là où des hommes auraient pu le faire directement sans susciter un scandale.

Pour revenir à la notion de construction collective du féminin, Anne-Florence Quaireau affirme la volonté de Jameson de construire un pont entre les Anichinabées et les Britanniques. En effet, l’autrice n’est pas dans la généralisation à outrance, ce qui peut notamment être observé à travers les dessins de son voyage. La spécialiste s’est penchée à de plusieurs reprises sur les illustrations d’Anna Jameson, invoquant les notions d’Edmund Burke pour affirmer que le sublime et le beau semblaient pouvoir coexister dans la nature canadienne : Jameson remplace la dualité par la binarité. Alors que la plupart des artistes s’obstinait à évoquer et à représenter les chutes de Niagara — que l’autrice ne trouve finalement pas si décevantes, — Jameson leur préfère l’horizontalité des rapides.

Crédit : flickr.com

Anna Jameson, The Rapids Above Niagara from the Burning Spring, 1837

En guise de conclusion, il est important de rappeler qu’Anne-Florence Quaireau s’est efforcée de mettre l’accent sur les positions féministes d’Anna Jameson ; si elle se « vantait » d’avoir été la première femme à faire un tel voyage seule, elle souhaitait en fait ouvrir la voie pour les autres. Son œuvre incite à une liberté de mouvement qui se démocratisera au fil du XIXe siècle avec le développement des transports.

Nous vous invitons à consulter le carnet de l’axe 1 pour retrouver les comptes rendus des manifestations passées : https://plitterature.hypotheses.org/


Compte rendu écrit par Paola Jugon

Séance du 21 novembre 2023 – «  “Before & After”: Daniel Defoe, William Hogarth et les nouvelles représentations de l’individu dans l’Angleterre des Lumières » par Frédéric Ogée

Nous avons aujourd’hui le plaisir de recevoir Frédéric Ogée, Professeur d’histoire et de littérature britannique pour une communication intitulée : « “Before & After”: Daniel Defoe, William Hogarth et les nouvelles représentations de l’individu dans l’Angleterre des Lumières ». Ses travaux portent notamment sur la mise en perspective de la britannicité au travers de nombreux médiums et, plus récemment, sur la question de l’environnement (En aparté, il partage son hypothèse de travail pour une future monographie : l’idée que le peintre William Turner ait été animé par une volonté de capturer une nature qu’il percevait comme déclinante). Commissaire de la première exposition française au Louvre sur le célèbre artiste William Hogarth, F. Ogée souligne la complexité des études intermédiales, telles que la comparaison littérature / arts visuels et insiste sur le procès en superficialité qui leur est souvent fait : afin d’éviter que ces comparaisons aient le souffle court, un vaste appareil critique est nécessaire.

Cette communication très riche et particulièrement didactique s’ouvre sur une remise en perspective du dix-huitième siècle dans le processus, toujours en devenir, de la modernité. Au delà des concepts et éléments incontournables de cette période, F. Ogée souhaite ici aborder en particulier la question de la mobilité sociale. Celle-ci s’acquiert très progressivement à partir de la Glorieuse Révolution, et alors même que la division de la société britannique en deux parties semblait indépassable – la cour du roi compte pour 20% et le peuple pour 80%. Néanmoins, l’accession à une nouvelle classe sociale ne sera sanctionnée par le droit de vote que bien plus tard, en 1832.

Plus tard dans la présentation, on comprend en quoi les arts visuels permettent de souligner ce changement majeur : la représentation des individus se déploie en dehors des types et figures installés qu’étaient le roturier, le médecin, l’avare, etc. La peinture de genre appelée conversation piece est particulièrement évocatrice : elle souligne le processus d’individuation par lequel la bourgeoisie souhaite renforcer sa respectabilité. En la matière, la fixité de la peinture à l’huile en fait le médium idoine. Ces questions de représentation ne doivent pas être séparées du projet émancipateur des Lumières, qui consiste à valoriser l’appréhension et la compréhension du monde par l’expérience et l’observation plutôt que par l’affrontement et la guerre. La possibilité de représenter souligne alors l’importance croissante donnée à l’interprétation au détriment des préconceptions théologiques.

Séance du 3 octobre 2023 – «  Surveiller les gardiens : Le maintien de l’ordre dans les jardins botaniques au 19ème siècle » par Marine Bellégo

Nous recevons aujourd’hui Marine Bellégo pour une présentation intitulée « Surveiller les gardiens : Le maintien de l’ordre dans les jardins botaniques au 19ème siècle ». M. Bellégo, Maîtresse de conférences à Université Paris Cité au Laboratoire LARCA, a étudié les jardins botaniques en s’interrogeant notamment sur leur entretien, leur surveillance et les stratégies mises en place afin d’acclimater les espèces. À ses yeux, cette perspective matérialiste vient rééquilibrer un champ de recherche où abondent les analyses conceptuelles du sublime et du pittoresque.

Kew Gardens et le jardin botanique de Calcutta exerçaient un pouvoir esthétique certain. Pour autant, ils ne doivent pas être réduits à leur dimension muséale et discursive faisant l’éloge de l’Empire britannique. À Calcutta en particulier, la réalité est tout autre. M. Bellégo souligne l’importance de ne pas suivre le récit des autorités politiques britanniques. En effet, la métropole sollicitait les botanistes sur des problématiques telles que l’opium, le caoutchouc ou la toile de jute, et celles-ci étaient généralement opposées à leurs véritables centres d’intérêt, comme par exemple la publication de monographies sur les espèces de plantes. Par conséquent, ces lieux de savoir et d’expérimentation servaient assidûment les intérêts de l’administration coloniale, et cela incluait les mauvais traitements à l’égard des employés, lesquels sombraient régulièrement dans l’alcool et la folie. D’ailleurs, l’importance économique et symbolique de Kew en a fait une cible de choix pour les mouvements sociaux tels que les Suffragettes, qui en 1913 ont incendié plusieurs arbres.

M. Bellégo s’intéresse donc au travail et son organisation dans les jardins de Calcutta. Une petite équipe d’européens blancs y faisaient travailler environ 150 indiens au sein d’une hiérarchie très rigide, où la capacité d’écrire était bien plus appréciée que celle de construire, arroser ou encore surveiller. Cette dernière, apanage des gardiens appelés « durwans », était associée au bas de l’échelle sociale dans le système des castes indien. Par conséquent, les durwans n’avaient pas l’autorité symbolique suffisante pour mener à bien leur travail, ce que déplorait l’équipe de direction du jardin. Afin de remédier au mépris que les visiteurs leur réservaient, l’autorité coloniale avait souhaité leur conférer un pouvoir coercitif de maintien de l’ordre. Cette innovation n’était pas au goût des classes supérieures de la société indienne, qui étaient convaincues qu’ils en abuseraient. M. Bellégo dresse alors un parallèle avec l’équipe des gardiens de Kew Garden, parmi lesquels on comptait de nombreux anciens combattant, en particulier les Marines, dont le dévouement était perçu comme la conséquence directe de leur patriotisme.

Séance du 14 février 2023 : Présentation de l’ouvrage de Lucie de Carvalho “Nuclear Power Policies in Britain: The Quandaries of Neoliberalism” (London: Anthem Press UK , 2022)

Le mardi 14 février 2023, nous avons eu le plaisir d’écouter Lucie De Carvalho nous présenter son livre intitulé Nuclear Power Policies in Britain: The Quandaries of Neoliberalism publié en 2022 par Anthem Press UK. Cet ouvrage est une réécriture de sa thèse, ‘Has the ship lost her captain?’ Les politiques électronucléaires britanniques de 1979 à 2015 : le rôle de l’État à l’épreuve des nouveaux modes de gouvernance et propose un point de vue sur les politiques du nucléaire adoptées par la Grande Bretagne, en particulier dans le contexte des politiques écologiques portées par le pays. 

Le nucléaire est l’énergie la plus politique de toutes. Elle s’ancre au sein d’un combat permanent contre les pénuries, ainsi qu’une recherche permanente de l’abondance, menés par les êtres humains depuis des siècles. Le nucléaire, comme l’énergie en générale, s’enracine progressivement dans les questions sociétales et se politise.

La présentation de Lucie De Carvalho lui donne tout d’abord l’occasion de retracer la genèse de son ouvrage. Ses recherches débutent en année de master 2 où le sujet est abordé et débattu au cours d’une conférence sur l’histoire des sciences à laquelle elle assiste. De plus, l’annonce de la relance du parc nucléaire au Royaume-Uni en 2007 émet de nouveaux questionnements et contribue à apporter de nouveaux éléments supplémentaires à sa recherche, en particulier au sein de notre monde actuel où les directives politiques internationales visent à réduire considérablement l’utilisation du nucléaire.

Afin de comprendre les enjeux politiques au cœur de ce sujet, retranscrire l’histoire du nucléaire au Royaume-Uni est nécessaire : l’installation des premières centrales dans les années 1950, sa prospérité dans les années 1970 grâce notamment aux contributions du Commonwealth, mais également son déclin au début des années 2000 qui contraint le gouvernement à déposer le bilan. Ce n’est que dans les années 2006-2007 que le gouvernement du Premier Ministre David Cameron, bénéficiant d’un soutien politique fort, peut émettre l’idée d’un relancement du nucléaire au Royaume-Uni. 

En plus de développer l’histoire du nucléaire au Royaume-Uni, l’ouvrage de Lucie De Carvalho délivre des outils méthodologiques précieux sur la manière d’aborder la question. Elle démontre alors que ce sujet peut comporter plusieurs angles d’approches, qu’ils soient sociaux, économiques ou sociologiques. Cependant, le peu d’études sur l’implication de l’État au sein de ces questions est souligné pour justifier de son approche de recherche. 

Lucie De Carvalho explique également sa définition du terme “néolibéralisme”, terme souvent confus et utilisé de manière abusive. Dans ce cas précis, il s’agit de se focaliser sur la refondation structurelle des modalités de gouvernance sous l’influence des principes et valeurs du cadre néolibérale. Sous cet angle précis du néolibéral, Lucie De Carvalho met en avant les nouvelles pratiques de gouvernance (décentralisation, privatisation, création d’agences séparées du gouvernement, l’encouragement à la coopération entre secteurs publics et privés…) et exprime les motivations derrière ces valeurs néolibérales comme la défense de la liberté de choix pour les consommateurs. On observe alors une modification du rôle de l’État et la diffusion du pouvoir vers d’autres pôles. Cette approche néolibérale suscite alors de nouvelles interrogations en lien avec le nucléaire : la réduction de la capacité de l’État à intervenir dans le pays a-t-elle un impact sur la question nucléaire et à la politique de relance? 

Le nucléaire divise au sein des politiques comme au sein des médias. Les discours médiatiques et académiques estiment que la relance du nucléaire est impossible. Cette question suscite d’ailleurs moins de couverture médiatique. À travers son ouvrage, Lucie De Carvalho segmente les différentes étapes de la production d’une politique publique. Elle s’appuie également sur le concept de la “policy-design”, qui permet de justifier d’une politique précise en s’appuyant sur le contexte. Ces dernières années, la réapparition du spectre de la pénurie et la crise climatique sont mobilisés par les parlementaires pour justifier de la relance du nucléaire. Pour certains, le risque du nucléaire va être associé à la notion du risque environnemental et est alors perçu comme un mal nécessaire. Malgré ces divisions politiques sur le sujet, EDF et un partenaire chinois ont construit trois sites depuis 2016 et le gouvernement britannique a fondé un nouveau ministère où la question de l’énergie est liée aux questions industrielles. De plus, le gouvernement britannique ne reste pas simple spectateur dans sa relance du nucléaire puisque l’État a mobilisé des outils bancaires avantageux et a mis en place des politiques d’assurance. Enfin, depuis novembre 2022, l’investisseur chinois a été remplacé sur l’un des sites permettant au gouvernement britannique de devenir officiellement un consultant et un actionnaire. Nuclear Power Policies in Britain: The Quandaries of Neoliberalism permet donc de répondre à certaines interrogations, mais en soulève également de nouvelles depuis l’implication encore plus importante de l’État dans les affaires financières du nucléaire.

Ouvrages sur la question recommandés par Lucie De Carvalho : 

Fressoz, Jean-Baptiste ; Locher, Fabien, Les Révoltes du Ciel : Une histoire du changement climatique (XVe-XXe siècle), éditions Seuil, Octobre 2020

De Rivaz, Vincent, We need power, don’t we ?.Chroniques de la fée électricité au Royaume-Uni et dans le monde, éditions Télémaque, Janvier 2023 

[Vincent De Rivaz est l’ancien PDG d’EDF UK]

Compte rendu rédigé par Julie Maifret, étudiante en Master 2 parcours « études anglophones », université de Lille.

Ariane Fennetaux, présentation de “The Pocket. A Hidden History of Women’s Lives 1660-1900”, 23 septembre 2022

Dans le cadre d’une séance commune du séminaire de l’axe 3 « Histoire globale, Politiques et Sociétés » et du book club du projet “Le domestique comme lieu du politique” porté par Hélène Quanquin, Hélène Cottet et Hélène Lecossois (ULille), Ariane Fennetaux est venue nous parler de son livre The Pocket. A Hidden History of Women’s Lives 1660-1900 publié par Yale University Press en 2019. Ariane Fennetaux est maîtresse de conférences HDR à l’Université Paris Cité. Elle est porteuse principale de plusieurs projets internationaux et sa recherche porte sur la culture matérielle aux XVIIe-XVIIIe siècles, notamment l’histoire du vêtement. Son ouvrage, écrit en collaboration avec Barbara Burman, s’intéresse à l’histoire des poches féminines, mais en les caractérisant comme des éléments politiques au cœur du domestique. Au premier abord, cet objet semble dépourvu de dimension politique. Cependant, Fennetaux et Burman s’attèlent à démontrer que celles-ci regorgent d’histoires et peuvent impliquer des enjeux ou tensions politiques. À travers l’étude de la poche féminine, Ariane Fennetaux nous invite également à repenser l’histoire et son écriture. 

La poche était un accessoire que les femmes portaient sous leurs jupes entre la fin du XVIIe siècle et la fin du XIXe siècle. Elles étaient nouées autour de leur taille et ressemblaient à des sacs. L’accès à la poche s’effectuait par des fentes aménagées sur la robe.  Les poches étaient des appendices du vêtement contrairement aux poches du vêtement masculin. Cependant, ces poches sont abandonnées entre la fin du XIXe siècle et le début du XXe siècle pour être supplantées par une poche intégrée au vêtement.  L’étude des poches par Fennetaux et Burman s’appuie sur plusieurs disciplines telles que l’anthropologie, l’archéologie ou l’histoire. Cet accessoire devient une source matérielle à part entière au même titre que les sources écrites, jugées comme plus traditionnelles d’un point de vue historique. Pour ce faire, un corpus matériel de 392 poches a été constitué et photographié dans des collections dispersées en Grande-Bretagne, ou au sein de collections textile dans des musées. The Pocket met au même niveau les poches et les autres sources primaires utilisées telles les sources judiciaires (les procès de pickpockets ou de voleuses) ou les sources littéraires et iconographiques où les poches apparaissent de manière opportune. 

La poche est bien un objet politique car elle incite à une réflexion sur la manière de raconter l’histoire. Comme Ariane Fennetaux le rappelle, l’étude des sources écrites amène à une réflexion biaisée d’un point de vue social et genré, car la maîtrise de l’écrit entre les hommes et les femmes, ou entre les rangs sociaux, était inégale. Par conséquent, l’étude matérielle et culturelle de la poche permet de mettre en lumière l’histoire silencieuse. Les poches offrent une perspective différente concernant sur la condition de la femme à l’époque moderne. 


Compte rendu rédigé par Julie Maifret, étudiante en Master 2 parcours « études anglophones », université de Lille.

Séance 7 – « William Morris (1834-1896) : L’Art dans tout ? » par Sylvette Botella-Gaudichon

Sylvette Botella-Gaudichon est commissaire de l’exposition William Morris, qui s’est tenue au musée La Piscine de Roubaix du 8 octobre 2022 au 8 janvier 2023. Nous la recevons aujourd’hui pour une présentation de la vie et de l’œuvre de celui qui fut tout à la fois écrivain, illustrateur, designer et orateur politiquement engagé. « Pour captiver le visiteur », nous dit Madame Botella-Gaudichon, « une exposition doit raconter une histoire ». La vie de Morris en offre de nombreuses, d’où la difficulté, pour l’exposition comme pour cette présentation, de rendre compte des multiples facettes de ce personnage.

Le jeune William voit le jour en 1834 dans une famille aisée : son père est courtier et a fait fortune dans les mines, sa mère vient d’une famille de musiciens. Les Morris n’en sont pas moins opposés à l’esclavage. De son propre aveu, Morris ne se souvient pas avoir appris à lire. Il affirmait, en revanche, avoir déjà fait de nombreuses lectures dès l’âge de sept ans. C’est d’abord Ivanhoé, de l’écrivain Walter Scott, qu’il lit dans le paysage boisé de Westham alors qu’il suit l’école à la maison avec ses sœurs. Il y apprend notamment la broderie et dessine des motifs floraux. Plus tard, il lira les textes du critique d’art John Ruskin et de l’architecte du Gothic Revival, Augustus Welby Pugin. Aux côtés des artistes peintres Dante Gabriel Rossetti et Edward Burne-Jones, pionniers du mouvement préraphaélite, il cultiva une opposition à ce qu’il considèrait comme l’académisme pompeux de son époque. C’était chez les primitifs flamands que ce petit groupe voyait la vraie peinture. Morris épousa alors Jane Burden, celle qui devint la figure féminine que Rossetti et Burn-Jones prirent ensuite quasi systématiquement pour modèle.

En 1848, Morris lit le Manifeste du parti communiste de Marx. Il y trouve un écho à son refus de l’aliénation produite par l’industrie, qui écrase les hommes et détruit la nature. L’esprit critique de Morris est particulièrement affûté et en avance sur son époque. Sa passion pour le moyen-âge ne l’empêche pas de constater que la légende arthurienne est très patriarcale. Il en propose alors une lecture contrapuntique intitulée The defence of Guenevere. Il y donne la parole à Guenièvre qui peut, selon lui, aimer qui elle veut. L’ouvrage sera plus tard redécouvert par les suffragettes, dont un groupe d’écossaises qui en proposera une version illustrée.

En 1859, Morris confie la construction de sa maison, la Red House, à son ami l’architecte Philippe Web. Elle initie le mouvement Arts & Crafts et incarne les crédos de Morris : artistes et artisans travaillent ensemble à l’élaboration d’une maison à la fois belle et efficace. Morris & Co., la firme de design de mobilier et de papier peint (tel que Le Voleur de fraises), s’établira à cet endroit. Ses créations et son fonctionnement conjuguent les principes artistiques et politiques que Morris défendait. Les femmes y étaient payées autant que les hommes. Du reste, Morris soutenait que la dignité du travail était basée sur trois points : le sens (par opposition à l’aliénation), un salaire honnête et un repos suffisant. L’entreprise s’occupa de la restauration de nombreux vitraux en Angleterre et en Écosse. Ses productions aux lignes épurées inspirèrent ensuite les architectes modernistes Le Corbusier, Frank Lloyd Wright et Walter Gropius.

L’engagement politique de Morris le pousse à rencontrer Eleanor Marx (la fille de Karl Marx) et à fonder la Ligue socialiste ; un projet qu’il défendait en prenant la parole, notamment devant un public constitué de femmes et d’ouvriers. Morris se rendit ensuite à Paris, au congrès annuel du parti. Il y rencontra Louise Michel et aida financièrement les artistes quittant Paris après la Commune. Morris s’éteignit à 62 ans, vraisemblablement d’épuisement, ce que son médecin résuma par cette élégante déclaration : “Il est mort d’avoir été William Morris”.

Séance 6 – « ‘System Change, not Climate Change’: Whose System, what Change? » par Oscar Berglund

Nous recevons aujourd’hui Oscar Berglund, spécialiste des mouvements sociaux et maître de conférences à l’Université de Bristol, pour une communication intitulée « ‘System Change, not Climate Change’ : Whose System, what Change? ». À cette occasion, l’auteur d’une monographie sur le mouvement international de désobéissance civile Extinction Rebellion (co‑publiée avec Daniel Schmidt chez Palgrave Macmillan en 2020) présentera les résultats préliminaires de son étude au spectre plus vaste encore : celle d’une cartographie du mouvement climat.

Outre l’étendue du phénomène, l’analyse est rendue complexe par la nature profondément protéiforme du mouvement climat. Le terme regroupe de nombreux activistes, projets et organisations dont l’idéologie et les convictions varient grandement. Si un souci partagé pour l’avenir du vivant semble être le socle commun des militants, des questions comme « Quelles méthodes employer ? » ou même « Quels sont nos objectifs ? » révèlent de nombreuses disparités. Si les militants peuvent partager certains slogans, ils n’auront pas la même signification selon que l’énonciateur est d’obédience libérale ou socialiste. La cohérence du mouvement semble ainsi davantage relever d’un accord approximatif que d’un consensus fort. Pour tâcher de mieux comprendre cette mosaïque de motivations et de convictions, Berglund met en relation différents types d’activistes. Il propose de les placer sur un continuum s’étendant des libéraux ne remettant pas en question le système, jusqu’aux anarchistes antiétatistes. Il entend ainsi montrer comment les caractéristiques des activistes, principalement axiologiques et stratégiques, sont distribuées sur une échelle de radicalité croissante. Cette progression révèle comment des convictions antagonistes apparaissent et coexistent au sein du mouvement climat. Des organisations non gouvernementales, telles que Greenpeace ou le WWF peuvent tout aussi bien être appréciées par les militants ou susciter la défiance pour leur complaisance avec le système. Les gestes individuels pour lutter contre le dérèglement climatique peuvent être considérés comme une façon de montrer l’exemple ou comme une forme d’auto-satisfaction élitiste passablement contre-productive. De même, la question du respect de la propriété est particulièrement clivante, là où certains considèrent qu’il faut agir en congruence avec le système, d’autres pensent que seule l’action directe est porteuse de véritables progrès.

Cette progression dans la radicalité ne s’applique pas qu’aux individus eux-mêmes, Berglund y inscrit aussi les projets portés et incarnés par ces valeurs. Aussi les assemblées citoyennes sont-elles classées dans les changements dont la portée est modérée, voire négligeable – Berglund rappelle alors la façon dont les propositions de la Convention citoyenne pour le climat ont été ignorées par l’exécutif français –, tandis que les écovillages en auto-gestion semblent être, à leur échelle, des changements notables radicalement en dehors du système. Pourtant, et c’est là la force de sa démonstration, Berglund montre comment ce continuum peut prendre une tout autre dimension lorsqu’il est considéré à l’aune des résultats effectifs de ces projets. En effet, la radicalité ne va pas nécessairement de pair avec des résultats capables d’entrainer la société : là où les utopies anarchistes valorisant l’intégrité se coupent de la société, d’autres groupes, tels que le mouvement Insulate Britain, vont considérer en premier lieu les enjeux stratégiques de leurs actions, et sont prêts à accepter un écart entre leurs revendications et les méthodes employées. Des questions, telles que « Avons-nous vraiment le temps de renverser l’État ? » font alors apparaître la nécessité de s’interroger sur les implications contingentes et stratégiques de l’idéologie des militants pour le climat. Par conséquent, si les particularités permettant d’identifier différentes entités au sein du mouvement climat constituent sa richesse, elles sont également à l’origine d’obstacles l’empêchant de converger vers une dynamique plus efficace.

En conclusion, la présentation de Berglund – qui se considère comme un soutien au mouvement climat – montre à quel point le succès du mouvement dépend de sa capacité à équilibrer une équation aux multiples variables, souvent rivales, telles que le respect des libertés individuelles et la radicalité des actions, ou encore la fermeté des convictions avec l’acceptation des différences.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search